placeholder
logo
Appel
La veille des femmes
 
placeholder
Accueil Journal de la veille Soutien Liens Nos buts Contact
  
Gäste an der  Buch-Vernissage
10.12.05: Vernissage. Links/à gauche die Grafikerin Martine Waltzer
Fin de l’action : feu d’artifice sur la Place fédérale
10.12.04: Fin de l’action : feu d’artifice sur la Place fédérale
05.12.04:
 
L’association La veille des femmes
L’association « La veille des femmes » constitue une plateforme d’expression, de visibilité et de création pour des femmes et des organisations féminines. Elle a pour but d’organiser La veille des femmes en respectant l’esprit et l’essence des revendications du 8 mars 2004 soit :
 
  • Non à la 11ème révision de l’AVS
  • Oui au congé-maternité
  • Halte aux discriminations ici et ailleurs
  •  
    L’association La veille des femmes est neutre et indépendante en matière de politique et sur le plan confessionnel.
     
    L'appel
    Chaque nuit, des milliers de femmes veillent dans notre pays : à titre privé, elles veillent leurs enfants, leurs proches – c’est une de leurs nombreuses tâches bénévoles et peu reconnues ; elles veillent aussi, à titre professionnel, les malades, les vieillards – c’est souvent une manière d’assumer leur double tâche (travail rémunéré d’une part, enfants et maison d’autre part).
     
    Dès le 8 mars, quelques femmes de plus veilleront : elles veilleront symboliquement devant le Palais fédéral, et ceci jusqu’en décembre 2004, à la date de la prochaine élection du Conseil fédéral.
     
    Le stand de « La veille des femmes » assurera la pérennité et la visibilité de notre protestation et permettra la médiatisation du mouvement. Il deviendra aussi un lieu d’échanges et de dialogue entre les femmes – et leurs organisations –,le monde politique et la population.
     
    Autour de cette présence permanente, toutes sortes d’actions et de manifestations pourront être mises sur pied dans un esprit d’ouverture et sans exclusive.
     
    Pour assurer la veille, il suffira que deux femmes (au minimum) s’inscrivent comme responsables d’une journée (soit 24 heures) et l’organisent en toute liberté, à la seule condition de respecter l’esprit du mouvement et de défendre les thèmes de revendications choisis pour la journée du 8 mars.
     
    Toutes celles qui s’intéressent à ce projet peuvent dès à présent s’inscrire à l’aide du formulaire joint.
     
    Le mouvement aura la force et la créativité que chacune d’entre vous lui donnera !
     
    Yvette Barbier, Lausanne
    Marie Perny, Lausanne